Taganga, Tayrona et Minca – la côte Caraïbes

7 avril 2022
Nous sommes arrivés la veille au soir dans notre auberge à Taganga, notre point de chute des 10 jours à venir. Nous laissons le gros de nos affaires, récupérons une tente qu’on nous prête et repartons pour marcher deux jours dans le parc national Tayrona, au bord des Caraïbes.
Le temps que nous mangions nos sandwichs à quelques pas de l’entrée du parc, une nana vient nous voir et nous dit que la personne qui s’occupe de faire payer l’entrée a finit sa journée (il est 13h) et que c’est donc gratuit – ce qui nous arrange bien, l’entrée du parc coûte un bras, voir deux !! Un guide qui essaye de nous vendre un trajet en moto pour éviter de marcher nous demande tout de même 4000 COP pour « l’entretien des routes » (on ne sait toujours pas si c’était un coût « officiel » ou juste un mec qui profite des touristes).
Nous entamons notre marche sous une chaleur de plomb. Ce n’est pas la même que dans le Chocó, elle est moins humide, mais il fait tout de même très très chaud et lourd ! Sans compter que Sam souffre toujours de son coup de soleil… avec le sac à dos et la chaleur c’est vraiment dur pour lui.
La randonnée est plus dure que ce que nous imaginions, on ne fait que monter sur une pente raide pendant plus d’une heure, avant de redescendre sur une pente tout aussi difficile, au milieu de la jungle, jusqu’au bord de mer.

On s’attendait à un relief plus clément pour un parc national en bord de mer réputé pour ses jolies plages !! Le fait est que le spectacle vaut tout de même l’effort : quel bonheur lorsqu’on aperçoit enfin la mer !

Après environ 3h30 de marche, nous arrivons à la playa brava. Une petite plage isolée entourée de montagnes.

Nous nous enregistrons au camping et tentons tant bien que mal de planter notre tente, une nouvelle épreuve après cette rude journée ! Déjà on mettra du temps à trouver où nous installer, on cherche désespérément de l’ombre mais il ne faut pas se mettre sous les cocotiers (une noix de coco qui tombe, ça fait mal) …. oups, ce sont les seuls arbres du coin !!! On trouve tout de même un petit arbre sous lequel nous installer. Mais on galère vraiment à la planter cette tente, on ne la connaît pas, on a perdu l’habitude et le sol est très, très dur, ce qui est vraiment étrange pour un bord de mer. Après 3 tentatives, on y est presque, enfin ! On enfonce le piquet final et là, c’est le drame : de l’eau commence à jaillir du sol en grande quantité…. on a percé une canalisation (oui, oui, oui !!). On fonce prévenir les responsables du camping et on déplace notre tente ailleurs, en plein soleil du coup, on est vraiment au bout de nos vies – enfin surtout Sam, Lulu pour sa part est morte de rire de cet enchainement de déconvenues.
Cerise sur le gâteau, on a privé tout le camping d’eau le temps de la réparation – avec une douche/WC pour 40 personnes par une telle chaleur, autant vous dire que ce n’est pas passé inaperçu.
Mais bon, on aura tout de même réussi ! On s’offre une petite bière – chaude – de récompense, il faut bien alléger le sac à dos pour demain !

C’est déjà la tombée de la nuit, on n’aura malheureusement pas le temps de profiter plus de ce spot paradisiaque, ni d’aller à la cascade d’eau douce où il est possible de se baigner (la mer est trop dangereuse à cet endroit là, baignade interdite), les heures de repas sont très strictes ici : on est à table à 18h30.

On finit la journée en apprenant à jouer au trou du cul aux colombiens qui travaillent dans le camping (il s’agit d’un jeu de cartes pour ceux qui ne connaissent pas). Le concept – et surtout le nom du jeu – les fera bien rire. Et pour nous ce sera l’occasion d’utiliser le seul objet de notre sac dont nous n’avions pas encore eu l’utilité.

8 avril 2022
La nuit a été difficile, il fait tellement chaud qu’on s’est réveillés à plusieurs reprises avec la sensation d’étouffer. Et impossible d’ouvrir la tente en grand pour laisser passer plus d’air, les moustiques et les jejens nous guettent (les mêmes qu’à Cali, ce serait une spécialité des Caraïbes). Sam fera l’erreur d’aller faire un petit tour de quelques minutes à peine pour admirer le lever du soleil sur la plage et il reviendra avec une bonne vingtaine de piqures. Aucune pitié ces horribles bestioles. Heureusement il a pu faire une jolie photo !

Au moins on se lève tôt et on replie direct nos affaires pour ne pas nous mettre en marche trop tard.
Ce spot n’est pas facile d’accès mais il est vraiment paradisiaque !

Nous revoilà partis pour une marche de 3h30 qui cette fois sera TRÈS douloureuse : ça monte dur, il fait horriblement chaud, nos vêtements et nos visages sont complètement trempés de sueur (et Sam souffre vraiment du dos). Lorsqu’on arrive enfin en bord de mer on est complètement rincés.
On se pose pour pique-niquer au bord de la plage Cabo San Juan, la plus réputée du parc pour son sable blanc, sa mer turquoise et ses cocotiers.

Et ça se voit, elle est noire de monde. On se demande presque d’où sortent tous ces gens après 2 jours quasi seuls au monde. On se remet en route en direction de la sortie du parc, on préfère aller se baigner sur une plage moins fréquentée.
Nous trouverons notre bonheur sur la plage Piscina, très belle aussi et beaucoup plus tranquille. Et quel bonheur de se rafraichir un peu après ces deux jours caniculaires.

Alors qu’on se dirige vers la sortie du parc, Sam repère une colonie de singes cappucino dans les arbres au dessus de nous, ça grouille dans tous les sens.

On termine notre marche en compagnie d’une famille de colombiens fort sympathique, ils nous boosteront pour finir la rando et arriver avant le départ de la dernière navette retour, ouf !
Nous avons enfin fini, on est morts. On rentre à Taganga dans notre auberge pour une bonne douche et de bonnes lasagnes de récompense ! Il faut reprendre des forces, on repart déjà demain pour Minca.

9 avril 2022
Nous laissons à nouveau le gros de nos affaires à l’auberge et nous repartons pour 2 jours aux pieds de la Sierra Nevada.
Après un succulent plat du jour (poisson – riz coco – agua de panela bien fraiche) au marché de Santa Marta nous prenons un collectivo pour Minca. Situé à 20km de Santa Marta, ce petit village en pleine nature se trouve à 600m d’altitude, on perd donc quelques degrés pour notre plus grand bonheur – rien d’énorme non plus, on a toujours très très chaud. De ce qu’on en a entendu, Minca serait l’équivalent colombien de Mindo en Équateur : très grande diversité d’espèces d’oiseaux, toucans, forêt et cascades.
Nous avons réservé notre hébergement dans une finca à 3km de la ville, en pleine nature. Les taxis étant hors de prix, nous commencerons donc par de l’exercice. C’est reparti pour 40 minutes de marche en pleine chaleur. Heureusement, le jeu en vaut la chandelle et on arrive dans un véritable petit paradis ! Cette exploitation est complètement isolée, entourée de forêt, il y a des oiseaux de partout. Et une super vue depuis la piscine sur le coucher de soleil !!!

On sent déjà qu’on ne va pas beaucoup bouger dans les jours à venir.
En plus c’est une finca de café et de cacao, avec des chocolats chauds ou froids à disposition toute la journée. Le paradis on vous a dit !

10 avril 2022
Aujourd’hui, on se motive tout de même à sortir de la ferme et on marche quasi deux heures pour nous rendre jusqu’à la cascade Marinka, l’une des cascades réputées du coin.
Il s’agit d’une cascade privatisée avec 3 bassins naturels à différents niveaux. L’eau est fraiche, ça fait un bien fou. On alterne la journée paisiblement entre baignades, petit repas au restaurant et farniente. On est bien !

De retour à l’auberge, on essaye d’oublier les résultats du premier tour des élections présidentielles en France et on profite du lieu : piscine, cacao et oiseaux (on apprécie un peu moins la compagnie des moustiques…). Une journée comme on les aime !

11 avril 2022

Ce matin on se réveille tôt, on a réservé un tour d’observation des oiseaux avec un guide ! Le rendez-vous est à 7h, quand les oiseaux sont dynamiques. A l’aide de nos jumelles on s’amusera bien pendant 2h : des toucans et pleins d’oiseaux multicolores.

Avec en fond sonores les singes hurleurs qui se réveillent et font un boucan de tout les tonnerres au loin dans la forêt, c’est vraiment impressionnant (on n’arrivera pas à les voir).

On enchaine ensuite avec un tour de la finca pour qu’on nous explique comment fonctionne une exploitation de cacao, avec une petite présentation des produits dérivés en conclusion.
N’est-on pas beaux avec nos supers masques purifiants ???

En début d’après-midi, nous repartons déjà et rentrons à Taganga pour cette fois ne plus bouger pendant 5 nuits, on a hâte !

12 au 14 avril 2022
Notre escale un peu plus longue à Taganga a un but bien spécifique et studieux : nous passons notre niveau 1 de plongée ! Un beau cadeau de noël qui nous est offert par les parents de Lulu !
Et pour cela il faut étudier, on a même des devoirs en amont ! La première journée est la plus théorique : cours et révisions avec Sébastien et mise en pratique d’exercices dans la piscine de l’hôtel avec Léo.
Ça se passe bien (même les exercices où l’on doit faire rentrer de l’eau dans son masque puis le vider sous l’eau) et on a déjà hâte de recommencer en mer.

La deuxième journée commence mal : Lulu est bien malade. On soupçonnera d’abord une tourista (alors qu’on a cuisiné nous même la veille) mais comme Sam finira par la suivre 24h plus tard, on en viendra à la conclusion qu’on a dû chopper une bonne vieille gastro. Bref, c’est un peu compliqué de partir en mer….
Heureusement, Sébastien nous propose une alternative : on finit la théorie et on passe l’examen écrit le matin et on plonge l’après-midi. Heureusement, les médocs font effet et la journée se passe bien. Et nous réussissons notre épreuve écrite !
Place maintenant à la pratique et surtout au plaisir : 2 plongées dans le parc Tayrona l’après-midi et 2 plongées de plus le lendemain matin pour valider le diplôme.
On va se régaler de ces plongés, prendre de plus en plus confiance au fur et à mesure, et surtout en prendre pleins les yeux entre poissons multicolores, coraux immenses, murènes et même un calamar !
C’était vraiment trop beau et on a adoré cette expérience… on commence déjà à réfléchir nos prochaines destinations vacances en fonction des plongées possibles…. !

15 avril 2022

Aujourd’hui c’est journée repos, notre objectif c’est d’en faire le moins possible !
On ira tout de même jusqu’à Santa Marta pour nous balader en centre ville, admirer l’artisanat local et se faire un bon jus de fruits frais.

Et le soir, on fait péter le budget et on s’offre un bon repas dans un resto tenu par un français et sa maman pâtissière. On vient de passer un diplôme, ça se fête !
Au menu : poisson sauce coco-gingembre pour Lulu et pavé de boeuf saignant sauce au bleu pour Sam, suivi d’une tarte maracuya et d’un banoffee pour le dessert. Miam !!

Au final, cette petite escale un peu longue à Taganga sans trop nous éloigner nous a fait du bien. Nous sommes fin prêts à partir vers de nouveaux horizons pour les deux petites semaines qui nous restent avant la fin du voyage.


>> Pour plus de photos, c’est par ici <<


INFOS PRATIQUES

Hébergements

  • À Taganga : La plupart des touristes font de Santa Marta leur point de chute dans le coin, nous avons de loin préféré l’ambiance de Taganga, petit village de pêcheurs juste à côté, beaucoup plus tranquille notamment le soir. En plus, le bus de Taganga s’arrête à côté des bus qui partent pour Tayrona ou Minca (devant le mercado) !
    Notre auberge était le Love Beach Hostel. Les chambres sont simples et peu meublées mais c’est tout à fait correct pour le prix. La piscine est vraiment top. La cuisine n’est pas super bien équipée mais elle a le mérite d’exister et est suffisante pour quelques jours. Nous avions réservé là sur conseil de notre instructeur de plongée, notamment parce que l’auberge a un générateur de secours en cas de coupure d’électricité (ce serait apparement assez courant à Taganga). 55000COP la nuit en chambre double avec salle de bain privée et climatisation. Si possible demander une chambre à l’étage, elles sont plus confortables.
  • À Minca : Finca San Rafael
    L’une des meilleures auberges qu’on ait fait en Colombie, un vrai petit coin de paradis ! Chambres grandes et confortables, piscine avec une super vue, café et cacao à dispo toute la journée, cuisine équipée à dispo, petit déj qui change tous les jours, service de restauration à prix tout à fait correct pour ceux qui ne veulent pas cuisiner, des chats et des chiens de partout, sans parler des oiseaux … Le lieu est isolé donc il faut marcher 40 minutes depuis Minca pour y accéder (ou se faire emmener en moto), du coup quand on y est on n’a plus trop envie de bouger. En même temps tout est à disposition sur place pour un séjour parfait alors que demander de plus ?
    Bon c’est aussi l’auberge la plus chère qu’on ait faite en Colombie, mais on ne regrette pas (et ça reste carrément pas cher en réalité) : 129600 COP la nuit en chambre double avec sdb privée et petit déjeuner.

Transports

  • Taganga – Santa Marta : il y a un bus toutes les 30 minutes qui passe devant la police municipale de Taganga (là où il y a tous les taxis) et qui emmène à Santa Marta en 10 minutes. Il dépose d’abord au « Mercado Publico de Santa Marta », idéal pour faire ses courses et d’où partent également les bus pour Tayrona et Minca. Il va ensuite jusqu’à la plage et même au terminal de bus de Santa Marta à priori. 2000COP par personne le trajet.
  • Santa Marta – Tayrona : Les bus partent du « Mercado Publico de Santa Marta » assez régulièrement (toutes les 30 minutes environ). Il suffit de demander l’entrée à laquelle vous voulez descendre (compter 7000 COP pour Calabazo – 8000 COP pour Zaino). Environ une heure de route.
  • Santa Marta – Minca : Les bus partent du « Mercado Publico de Santa Marta » assez régulièrement (toutes les 30 minutes environ). Compter 9000COP par personne et 45 minutes pour le trajet.

Visiter le parc national Tayrona

L’entrée se fait soit par El Zaino, soit par Calabazo. Nous avons choisis de passer par Calabazo (très peu fréquentée) pour faire le trek de deux jours plébiscité par beaucoup de français. L’entrée du parc national coute environ 65000 COP par personne, assurance comprise. Lorsque nous sommes arrivés à 13h à l’entrée Calabazo, il n’y avait plus personne, l’entrée était donc gratuite ce qui représente une belle économie. Dans les faits, tout dépend de ce que vous attendez de cette visite de Tayrona : si vous cherchez l’isolement, faire une belle rando et de jolies plages en récompense, l’entrée Calabazo est toute indiquée. Si vous préférez la baignade, la farniente et simplement profiter du spot, on pense que l’entrée et la sortie par El Zaino correspondra plus (ou alors l’entrée par Calabazo sans passer par playa brava et en dormant à Cabo San Juan).
Depuis Calabazo, la marche dure environ 3h jusqu’à Playa brava (ça monte pas mal) où vous trouverez seulement le camping Teyumakke (pas d’autres options) qui est tout de même très cher pour la prestation : 40000COP par personne pour un hamac / 25000 COP par personne pour simplement poser sa tente ou son hamac / 20000 COP le petit déjeuner et 40000 COP le diner. Un seul toilette/douche pour l’ensemble du camping. Eau payante et chère (pensez à en apporter la dose). Pensez aussi à l’anti-moustique anti jejens. Malgré le prix démesuré, le spot est tout de même vraiment chouette.
Le lendemain, il faudra à nouveau marcher 3h pour atteindre la plage Cabo San Juan (marche exigeante là aussi), où il est par ailleurs possible de louer une tente déjà montée. De là, plusieurs plages s’alternent et la sortie par El Zaino est beaucoup moins difficile (compter 2h de plus jusqu’à la navette retour). Plusieurs camping sur le chemin.

Visiter les alentours de Minca (tour des oiseaux, cascade Marinka, visiter une finca)

  • Cascade Marinka : On a mis environ 1h45 pour nous y rendre depuis la finca San Rafael, donc environ 1h depuis Minca. 10000 COP l’entrée par personne. Il y a 3 cascades avec bassins plus ou moins profonds. On recommande la troisième, la plus en bas, qui vient tout juste d’ouvrir de ce que l’on a pu voir et qui est beaucoup moins fréquentée et beaucoup plus naturelle. Restaurant à prix correct sur place. Vraiment le genre d’endroit où on peut aller sans rien prévoir, avec juste son maillot de bain, pour une journée baignade/détente.
  • Tour d’observation des oiseaux : On a réservé le tour directement auprès de notre auberge. 60000 COP par personne pour un tour privé de 2h aux alentours de la ferme. Contre 50000 COP par personne en ville pour faire le tour avec un groupe de 8-10 personnes et où il faut rejoindre Minca à pieds avant 7h du matin… On n’a pas regretté !
  • Tour de café et cacao : La finca San Rafael propose un tour pour 20000 COP par personne avec dégustation et expérimentation des produits dérivés en fin de visite. Vraiment une chouette visite pour se balader autour de la ferme.

Passer son niveau de plongée/Faire de la plongée à Taganga

« La Mer » diving school : Sébastien est un français expat qui a créé sa propre agence. Avec lui, on s’est senti hyper bien pris en charge : matériel de qualité et sûr, partie théorique très ludique (et en français !!) et toute la partie pratique, que ce soit en piscine ou en mer était vraiment très pédagogique et s’est super bien passée avec Léo ! Pour ne rien gâcher, il propose un tarif très intéressant (pas vu moins cher sur Taganga). Tarif tout compris sans frais additionnels : matos, instructeur, supports théoriques, transport en bateau, pratique en eau confinée, 4 plongées de 45 à 60 minutes chacune dans le parc national Tayrona, snack entre les plongées et la certification (il nous a même offert les plats du jour les midis). Pour 995000 COP par personne.

ATTENTION : beaucoup de gens pratiquent la plongée à Taganga car c’est réputé pour être le spot le moins cher au monde. Cependant, à force de devenir célèbre, les prix ont commencé à bien gonfler (surtout post-COVID) et il semblerait que la réputation ne soit plus aussi vrai. Sébastien semble être l’un des derniers clubs à avoir maintenu ses prix depuis les dernières années.

Nos recommandations resto à Taganga

  • Pizzeria Fatto in Casa : Ce serait la meilleure pizzéria de Taganga et effectivement c’est vraiment bon ! Par contre le local est tout petit donc ne pas y aller trop tard pour trouver une place assise (ils vont déménager dans les mois à venir pour plus grand) et le four aussi est petit… ne pas être pressé!
  • Pachamama : resto excellent tenu par un français en bord de plage. Vraiment le bon spot pour se régaler même si ça demande un peu de faire péter le budget. Si sa maman est toujours là, n’hésitez pas à prendre une pâtisserie en dessert !

Un commentaire sur “Taganga, Tayrona et Minca – la côte Caraïbes

Ajouter un commentaire

Répondre à Mom Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :