Huaraz : randonnées dans la cordillère blanche

25 février 2022
Après 8h30 de trajet, nous voilà à Huaraz, il est 6h20. Le bus était super confortable mais il faisait une chaleur étouffante, ce qui fait qu’on a plutôt mal dormi… on décide de marcher jusqu’à notre auberge, en espérant très fort que notre chambre soit prête à notre arrivée… Et bingo ! On est trop contents, on file se coucher direct et faire une grosse grasse mat.
On se relève pour aller manger au marché mais on sent déjà que ce ne sera pas une journée productive, comme toujours après un bus de nuit. La ville de Huaraz n’a pas beacoup de charme en soit mais on apprécie son marché et son ambiance andine.

Et comme toujours en Amérique du sud, on ne peut s’empêcher de buguer devant leurs gâteaux où l’on devine très facilement l’excès de sucre ou de crème.

On ne se laisse pas tenter et on rentre à l’auberge se reposer le reste de la journée.
Et pour cela, on prend un moto-taxi, encore une ville où il y en a de partout, Lulu est aux anges !


26 février 2022
Paul, le suisse qui gère notre hostel, est un super guide de montagne, du coup il nous a confectionné un super programme de randonnées pour qu’on s’acclimate progressivement et en douceur (et oui, avec la petite semaine sur la côte on a tout perdu et on doit recommencer). Le programme du jour était d’aller à la laguna Wilcacocha, une randonnée qui grimpe bien jusqu’à une lagune qui ressemble apparemment plus à une mare aux canards. L’intérêt principal étant la vue sur la cordillère quand on arrive en haut.
On se lève tôt, on est dans les starting blocks mais on déchante vite, il pleut pas mal. Pendant le petit déjeuner, Paul nous dit d’attendre encore une heure ou deux voir si la météo s’améliore tout en nous disant que même si on ne fait pas cette rando, ça ne nous empêchera pas de poursuivre notre programme des prochains jours.
On attend un peu et on se démotive, il y a tellement de brume que randonner pour ne pas avoir de vue ça ne nous branche pas des masses. Ce sera donc une deuxième journée d’acclimatation-canapé au programme !


27 février 2022
Aujourd’hui, on est bien décidés à aller marcher, même si la météo n’est vraiment pas idéale en ce moment. Nous prenons donc un taxi en compagnie de Paul en direction du départ de la randonnée de départ pour la Laguna Churup (on monte jusqu’à 4535m pour un dénivelé positif de 630m sur 8 km).
On commence notre randonnée dans les nuages (mais pas de pluie), ça monte sévère, on avait perdu le rythme. Heureusement, la vue sur la vallée compense nos efforts.

Arrive le moment le plus difficile de la randonnée : le dernier kilomètre est un enchainement de passages en mode via ferrata, cordes et chaines en bord de ravin et sans sécurité (ouf, nos potes Marlène et Baptiste nous avaient prévenus pour qu’on fasse la boucle dans le bon sens). Heureusement, Sam est là pour secourir Lulu terrorisée après le premier passage, incapable d’avancer ou de faire demi-tour.
On finit par triompher et on arrive en haut sous une pluie qui devient de plus en plus intense, on est saucés. La montée était plutôt hard, on ne s’attendait pas à ça pour une rando d’acclimatation.
Il pleut des cordes, on se dit qu’on ne va pas se faire de vieux os, qu’on va se dépêcher de redescendre et qu’on pique-niquera en bas.

On avance un peu, en essayant de trouver le chemin et, d’un coup, la pluie cesse et le soleil revient instantanément. Avec deux autres randonneuses rencontrées en arrivant en haut, nous décidons de nous poser pour manger nos sandwichs, en espérant que la montagne se découvre de sa brume pour qu’on puisse en voir le sommet. Et on n’est pas déçus du voyage, on voit le lac se vêtir progressivement de plusieurs nuances de bleu et le sommet se découvrir, c’est magnifique ! Quel bonheur !

On fini par se remettre en route tous les 4 pour redescendre ensemble, on passera un super moment tous ensemble. Et avec le soleil, pour nous accompagner on continue d’en prendre plein les yeux.

On sera définitivement passés par toutes les émotions pendant cette rando ! Et au final, avec du recul, ça aura vraiment été notre rando coup de cœur au Pérou !

Arrivés en bas, on se dirige vers le collectivo pour rentrer à Huaraz. Alors que le chauffeur nous avait annoncé le matin même un prix de 10 soles par personne pour rentrer, celui-ci en veut maintenant 15. On tentera de négocier, on s’énervera même un peu mais celui-ci nous répond, amusé (pour ne pas dire qu’il se fout ouvertement de notre gueule) que de toute façon on n’a pas le choix. À force de négociation, on trouvera un compromis à 12,5 soles mais on est bien saoulés, on commence à en avoir marre de se faire rouler par les péruviens.
On est bien contents de rentrer, on est complètement lessivés ! Ce sera petite soirée tranquille… en attendant la sortie de demain qui s’annonce, elle aussi, intense.

28 février 2022
Pour cette seconde journée de marche, nous nous rendons au glacier Pastoruri.
Cette fois on part avec un tour organisé, du coup on est au moins sûrs de ne pas avoir de soucis pour rentrer. Le glacier se trouve à 70km de Huaraz, soit environ 3h de route.
Avant d’arriver, on s’arrête pour admirer les Puya raimondii, des plantes géantes qui ne poussent que dans ce coin du monde (Pérou, Bolivie). On admire aussi les jolies variations de couleurs d’une petite lagune…. et de pauvres moutons à lunettes pour que les touristes se prennent en photo avec !

Cette fois-ci on monte à 5240m d’altitude mais la marche est beaucoup moins raide, et surtout, beaucoup moins longue, en seulement 40 minutes on arrive au glacier. Sur la montée on discute avec une famille péruvienne dont tous les membres veulent être pris en photos avec nous, un à un. Pour eux c’est nous, petits français, l’attraction touristique. Une expérience très drôle pour nous.
On en prend plein les yeux et ce rythme avec une rando beaucoup plus facile nous fait du bien après la journée d’hier.

Et sur le chemin du retour on se régale de la vue depuis le bus sur la cordillère qui nous entoure.

Pour fêter ces deux journées de marche, on s’offre pour le diner des pizzas sur la place tendance de Huaraz. Lorsqu’on arrive devant le resto, grosse coupure d’électricité dans toute la ville (ce qui a l’air d’arriver souvent puisque ça ne chagrine personne). Le resto sort les bougies et on s’installe. L’électricité finira tout de même par revenir à temps pour que nous ne mangions pas dans le noir et qu’il puisse mixer notre Pisco Sour.


1er mars 2022
Pour cette dernière journée dans la cordillère blanche, nous partons cette fois pour la laguna 69, à 4604m d’altitude (700m de dénivelé positif pour 7km de rando).
On part à 5h du matin car il y a 3h de route pour accéder au point de départ de la rando.
Le guide nous arrête 1h dans un resto touristique pour le petit dej (prix au double des prix normaux) et quand on remonte dans le bus il nous explique que la rando dure 6h (3h pour monter, 1h pour profiter de la lagune et 2h pour redescendre), que nous devons marcher vite et que si nous sommes trop lents il pourrait en venir à nous demander de faire demi tour avant d’arriver en haut.
Après une heure non nécessaire passée dans un resto hors de prix on est un peu soulés de ne pas avoir la possibilité de randonner tranquillement à notre rythme. En plus, pas de bol, Lulu est malade et s’arrête dès qu’elle croise un toilette…du coup forcément on est en queue de file… avec les guides qui nous collent aux fesses et qui, à chaque fois qu’on s’arrête pour prendre une photo, nous disent qu’on n’a pas le temps, qu’on est en retard et qu’on doit marcher plus vite. Bref, tout l’inverse de ce qu’on recherche en randonnée !

Heureusement, au bout d’un moment on arrive à leur faire comprendre qu’ils peuvent partir devant sans nous attendre et on continue la rando en compagnie d’un couple germano-péruvien avec qui nous marchons au même rythme. Les paysages sont superbes, on n’est pas encore en haut qu’on est déjà conquis.

La dernière montée est particulièrement ardue, on est morts, c’est dur. Surtout après deux jours de marche dans les pattes. Au final on atteindra la lagune après 3h30 de marche, on est plutôt fiers de nous (on avait peur qu’ils ne nous laissent pas arriver au bout et on était prêts à leur voler dans les plumes) ! Et quelle vue une fois arrivés en haut, la lagune est d’un bleu éclatant (bon, il y a un peu de brume mais ça n’enlève rien au spectacle.

Pour la redescente on essaye de partir en milieu de peloton pour ne pas nous faire harceler par les guides…. raté ! La brume s’est pas mal levée sur un paysage époustouflant, on aperçoit même le Huascaran, le sommet le plus haut du Pérou (6700m) au loin. On fait tellement de pauses photos qu’on se fait vite doubler par tout le monde et rattraper par les guides … zut ! Mais les photos en valaient la peine !

On termine la rando sous une bonne pluie mais, grâce à une belle éclaircie de 5 minutes, nous aurons finalement le temps de sécher un peu avant de remonter dans le bus.
Au final on aura encore une fois été super chanceux sur la météo durant ces 3 jours de rando : très peu de pluie et toujours bien placée et de belles éclaircies pour en profiter pleinement. On ne se sera vraiment pas mal sorti de cette saison des pluies sud-américaine !


C’est reparti pour un bus de nuit direction Trujillo ! Nous avons pour objectif de rejoindre Mancora demain mais nous ne savons pas encore si nous y arriverons : il n’y a pas de bus direct et les seuls bus qui font Trujillo > Mancora sont également des bus de nuit (ce qui nous obligerait à errer toute la journée dans la ville avec nos gros sacs après une nuit dans le bus, on est moyens chauds). On espère trouver une autre solution sur place. Pour l’heure on repart pour 7h30 de trajet et cette fois on ne va pas trop mal dormir, ces 3 jours de randonnées nous aurons mis dans les conditions idéales pour cela. Bonne nuit !


>> Pour plus de photos, c’est par ici <<


INFOS PRATIQUES

Hébergement

Caroline lodging : Aucune hésitation à avoir, c’est l’auberge où rester à Huaraz ! L’hostel en soit est très bien : propre, chambres simples mais confortables, super espace commun, délicieux petit dej qui change chaque jour ! Mais si on rajoute à ça les bons conseils de Paul qui organise votre planning de rando au mieux pour pouvoir en profiter tout en s’acclimatant progressivement, c’est top ! En plus, pour les spots où il y a obligation de passer par un tour car il n’est pas possible d’y aller par soit même, il propose des tarifs imbattables. On a payé 64 soles la nuit pour une chambre double avec sdb privée et petit déjeuner inclus.

Transport

Lima > Huaraz : Compter 8h30 de trajet environ. Principalement des bus qui partent de nuit. On est partis avec Cruz del Sur, bus super confortable avec même une tablette personnelle pour regarder des films. Par contre on a eu terriblement chaud et du coup on a plutôt mal dormi….On a payé 90soles par personne.

Infos laguna Churup

Pour vous rendre à la laguna Churup, pas besoin de guide. Il vous suffit de prendre un collectivo (10soles), demandez à votre hostal de vous montrer d’où il part. En taxi c’est 50 soles le trajet pour la voiture quelque soit le nombre.
Il faut payer l’entrée du parc national : 30 soles pour la journée, 60 soles pour 3 jours (entrée valable pour Pastoruri et la laguna 69) du coup c’est avantageux de prendre direct pour 3 jours si vous êtes sûrs de faire au moins deux randos (même si au final c’est un enchainement fatiguant).
Pour le sens de randonnée, on conseille vivement de suivre le magnifique plan que nous ont transmis nos copains Marlène et Baptiste : la partie via ferrata en descente ça demande quand même d’être hyper à l’aise donc plutôt à faire dans le sens de la montée…

Infos glacier Pastoruri

Pour y aller, obligé de passer par un tour mais les tours à Huaraz ne sont vraiment pas chers. On a payé 40soles par personne l’aller retour.

Infos laguna 69

On est passés par un tour, notamment parce que ça semblait compliqué d’y aller en autonome. Avec du recul, ça peut valoir le coup d’y aller en autonome (et apparemment c’est possible) pour y aller en décaler des gros groupes et profiter pleinement, quitte à faire une nuit plus proche du point de départ.
Pour notre part on a payé 50 soles par personne pour le transport aller-retour et le guide (qui n’avait pas grand chose d’un guide). Ce qui reste vraiment pas cher.

Un commentaire sur “Huaraz : randonnées dans la cordillère blanche

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :